Twitter et les fans de Doctor Who.
Entre pratiques usuelles des fans
et évolutions du phénomène de « sériephilie »

Julie Morel  (2013)

Docteur WhoTwitter et les fans de Doctor Who

Synthèse rédigée par Julie Moret (promotion 2013-2014)
dans le cadre du module Rédiger pour le web

La consommation des séries télévisées a connu des évolutions importantes avec le développement des réseaux sociaux et plus particulièrement de Twitter. Une étude récente de Julie Morel, étudiante en Master 2 communication des entreprises et sociologie des TIC promotion 2013 à l’UPEM, expose les pratiques usuelles des fans de la série Doctor Who sur ce réseau afin de comprendre ces évolutions. Cette observation souligne la flexibilité ainsi que la simplification des échanges entre les fans par le biais du site de microblogging.

La réception des séries influencée par Internet

Devenues objet culturel dans les années 90, les séries télévisées sont aujourd’hui une réalité omniprésente, comme le confirme leur diffusion en prime time sur les chaînes de télévision généralistes. La popularité de ces séries entraine la création de communautés de fans qui partagent les informations et discutent de leur produit culturel préféré. Cette démarche se nomme « sériephilie ».

L’essor d’internet et des réseaux sociaux ont entraîné le développement de nouvelles pratiques de communication entre les fans. Ils facilitent les échanges entre les fans eux-mêmes, mais aussi avec les professionnels de la série (acteurs, production,…). Les fans transmettent leurs avis ou critiques directement à la production par le biais des réseaux sociaux. La communication n’est plus descendante et les fans sont aussi des émetteurs d’informations.

Tenir en haleine les amateurs du Dr. Who

En vue d’illustrer ces nouvelles pratiques de conversations ainsi que l’évolution du phénomène «sériephilie », l’auteur a choisi d’étudier la série Doctor Who et sa communauté française. Le choix de cette série de science-fiction anglaise est dû à plusieurs caractéristiques distinctives : sa durée, l’évolution de son audience (création en 1963 par Sydney Newman suivi d’un arrêt en 1989 pour enchainer sur une reprise de la diffusion en 2005), l’anniversaire des 50 ans de la série ainsi que l’annonce du départ de l’acteur principal, Matt Smith, prévu en 2013.

De plus, cette série est qualifiée de « série feuilletonnante » comme le nomme Clément Combes, sociologue. Ce type de série possède une intrigue qui se développe tout au long des saisons. Donc un spectateur ratant quelques épisodes peut perdre le fil conducteur. Cette caractéristique renforce la ferveur de la communauté des fans du Dr Who.

Étude des pratiques des fans du Dr Who

Après avoir vu les grandes tendances des fans de série et le partage de leur passion par le biais d’Internet, l’auteur interroge les pratiques des fans du Doctor Who en terme de visionnage, de réception, de consommation de la série. De plus, quelles sont les raisons qui les poussent à s’inscrire et à favoriser l’utilisation du réseau Twitter par rapport à d’autres sites web comme les forums ?

Afin de répondre à ces questions, l’étude repose sur une observation de Twitter complétée d’une enquête qualitative avec l’interview de 10 fans de la série. Concernant l’étude quantitative du réseau, elle se base sur l’examen des tweets concernant la diffusion du dernier épisode de la saison 7 de la série, propice au live tweet (publication de tweets commentant l’épisode regardé en simultané).

Quand on est sériephile, on ne consomme pas les séries comme les autres

La télévision était le premier média de consommation des séries. Aujourd’hui, avec le développement d’Internet, les sériephiles regardent leur programme sur d’autres supports. Ce nouveau mode de visionnage permet aux fans de choisir et d’organiser leur consommation sans être contraint par une plage horaire télévisuelle, par les publicités, ni d’avoir du retard par rapport à la diffusion dans le pays d’origine. En effet, les fans étudiés expliquent leur nécessité de visionner en « direct » l’épisode sorti et vont même à exprimer de la préoccupation en cas de ratage d’un des épisodes.

Les spectateurs contribuent au succès d’une série par le partage et sa recommandation auprès de son entourage, si elle répond à leurs attentes en termes d’intrigue. C’est d’ailleurs la richesse du scénario, le format et le mélange des genres qui ont séduit les fans de la série du Dr Who (comme l’illustre le message de @teaspoon “Du bon sentiment et de l’aventure, du drame, de l’humour britannique »).

Malgré la dimension de partage et d’échange liée au visionnage d’une série, la consommation du produit se fait en solitaire car l’entourage ne partage pas forcément cette passion. Ce dernier va alors se tourner vers Twitter afin de pouvoir discuter avec d’autres amateurs de la série. C’est de cette expérience collective que naît une communauté autour d’une série.

Twitter pour partager ses émotions

La plateforme de microblogging Twitter est favorisée par les fans du Dr Who car elle est une source d’information accessible, rapide et permet une diffusion publique. Le partage d’avis ou d’émotion sur Twitter prolonge l’expérience de l’univers de la série et crée l’activité sociale perdue lors du visionnage isolé de la série.

Par ailleurs, Twitter apporte de nouvelles pratiques de partage. Le fait de reprendre et de relayer de manière simplifiée les messages (« retweet ») ainsi que de discuter en direct pendant le visionnage d’un épisode (« live tweet ») sont des nouveaux usages facilitant l’échange d’informations.

La particularité de Twitter, avec sa limitation à 140 caractères par tweet, donne l’occasion au fan participer au « live tweet » sans perturber son attention pendant le visionnage, ni sa lecture des « tweets » : « Oui j’aime suivre en direct ce qu’il s’est passé dans l’épisode. Ça me donne encore plus envie de voir l’épisode. » (@ameliemorel3). Le partage, en quasi temps réel, des émotions ressenties au cours de l’épisode est permis par le réseau Twitter.

Cependant, l’un des inconvénients du réseau social est la possibilité « d’être spolié », d’avoir des révélations sur l’intrigue, si le fan n’a pas vu un épisode. Ce qui peut entrainer un rejet Twitter avant le visionnage dudit épisode raté. Or, le refus de l’utilisation du réseau est valable juste pendant le temps de rattraper le retard dans la série. C’est d’ailleurs ce que souligne @teaspoon, fan interviewée, « Je REFUSE d’être spoilée sur mes séries préférées, je préfère boycotter Twitter à la place ».

Finalement, cette étudiante montre que Twitter apporte un nouveau souffle dans la consommation des séries, au niveau de la temporalité, des solutions de visionnage liées à Internet ou encore au niveau des relations sociales. Le réseau se différencie des autres sites de fans comme les forums, par sa flexibilité ainsi que sa simplicité d’utilisation. L’utilisation du réseau par les fans de la série du Dr Who a pu illustrer les évolutions du phénomène de la « sériephilie ».